Toutes ces excuses que l’on trouve pour ne pas bouger…

Accueil > Bouger > Toutes ces excuses que l’on trouve pour ne pas bouger…

Image à l'une

Bouger suffisamment, c’est bon pour la santé. Mais notre motivation diminue parfois avec le temps. Voici notre abécédaire (incomplet) des arguments pour ne pas bouger.

D’après l’interview de Malgorzata Klass, kinésithérapeute et professeur à la Faculté des Sciences et de la Motricité de l’ULB.

Un petit déminage des raisons que l’on invoque pour rester inactif.

A, comme dans « Ah mais où voulez-vous que je trouve le temps pour bouger ? »

« Le manque de temps est l’argument avancé en premier par les personnes qui tentent de justifier pour quelles raisons elles ne bougent pas ou peu », constate Malgorzata Klass. Dans ce cas, la bonne question à se poser est pour quelles raisons on manque de temps et comment il est possible de remédier à ce constat. Placer des rendez-vous dédiés au sport dans son agenda aide aussi à tenir le rythme.

B, comme dans « Ben moi je n’aime pas faire du sport »

« Parfois, on croit ne pas aimer le sport ou l’activité physique… mais on n’en n’a jamais vraiment pratiqué ou pas de manière adaptée, constate la kinésithérapeute. Si l’on tente de faire du sport de manière irrégulière et sans recommandations adéquates, on en garde seulement le souvenir d’avoir eu mal les jours suivants. » (Voir aussi : F comme « Fatigue ».) Voilà une des raisons pour lesquelles un sport doit être pratiqué progressivement et régulièrement.

C, comme « C’est nouveau pour moi, l’activité physique »

Pour des raisons personnelles, culturelles ou familiales, un grand nombre de personnes n’intègrent pas le sport dans leur vie. Et cela concerne les femmes encore plus que les hommes. Mais est-il forcément « trop tard » pour découvrir que l’on peut prendre du temps pour soi, pour sa santé et pour son bien-être ?

D, comme « Découragement »

Vous pensez que vous êtes trop loin des recommandations santé en matière d’activité physique ? Cela vous paraît impossible à faire ? Regardez plutôt les progrès que vous avez déjà faits. D’autant que le moindre petit changement qui permet d’introduire davantage d’exercices dans sa vie est toujours bon à prendre.

D, encore, comme « Déclic pour plus d’activité quotidienne »

« Ce déclic ne doit pas venir de l’extérieur : on ne fait pas du sport « pour les autres » », rappelle Malgorzata Klass. C’est à chacun de ressentir les bienfaits du sport et de vouloir continuer à l’intégrer à sa vie. Petit conseil : pour maintenir cette impulsion, il est chaudement conseillé de choisir une activité physique que l’on aime.

E, comme les « Enfants, prenez les manteaux, on y va »

Beaucoup de jeunes deviennent trop gros, ils ne bougent pas assez, y compris au détriment du capital osseux qu’ils doivent constituer durant l’enfance. Et, souvent, les adultes ne leur montrent pas vraiment l’exemple. « Pourquoi ne pas faire du sport en famille, tous ensemble ? », suggère Malgorzata Klass. De la marche (par exemple grâce aux marches ADEPS organisées les week-end), des jeux de ballons… Le choix est vaste. Outre les bons moments passés ensemble, cela donnera aux jeunes des habitudes durables. « Beaucoup de choses se jouent durant l’enfance », insiste-t-elle.

F, comme « Fatigue »

Après une journée passée entre les gosses, le boulot, les transports, les courses et le ménage, on est souvent trop crevé pour envisager de bouger. Mais c’est dommage : en réalité, la pratique régulière du sport contribue à réduire ce sentiment de fatigue en quelques semaines seulement.

G, comme « Groupons-nous, c’est plus sympa »

Le bon concept, c’est de ne pas commencer une activité physique seul dans son coin. L’aspect social du sport permet de gagner en motivation.

J, comme « J’ai mal après les séances et ça dure parfois plusieurs jours »

« Quand on pratique mal un sport, oui, on a mal », confirme Malgorzata Klass. Le secret : y aller progressivement, gérer l’intensité des exercices que l’on s’impose et les pratiquer régulièrement.

Intégrer l’activité physique dans votre vie quotidienne peut sembler être un défi mais c’est sans doute plus facile que vous le croyez. Il y a différentes façons simples pour bouger plus dans la vie de tous les jours. Trouvez ce qui fonctionne le mieux pour vous. Allez-y doucement, à votre rythme. Et avancez pas à pas vers un mode de vie plus actif.

Ce qu’il faut retenir

  • Bouger un peu vaut mieux que de ne pas bouger du tout, et « plus on bouge, plus on y gagne »
  • Il n’est jamais trop tard pour commencer !
  • Limiter le temps de sédentarité.
  • Bouger est bon pour tout le monde ! Toutefois, si vous venez d’accoucher, si vous êtes enceinte, en situation de handicap, souffrez d’une maladie chronique ou si vous avez tout simplement un doute sur vos capacités physiques … Mieux vaut demander un avis à votre médecin ou à un professionnel de la santé avant de vous lancer. Ensemble, vous pourrez définir le type et la quantité d’activité physique adaptés à votre situation.

Article rédigé par l’équipe MangerBouger.be

facebook linkedin email

Nos dernières ressources Bouger publiées